Sortie du livre « Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires) »

arton1

Complètement oublié de faire un mini coup de pub pour la sortie de ce chef d’œuvre de la littérature contemporaine. En effet, après une attente interminable de presque un an, nous avons enfin accès aux récits autobiographiques de Cassandra Van Helsing, qui raconte avec style sa vie compliquée de lesbienne transsexuelle confrontée aux difficultés d’un parcours trans, à une société transphobe et misogyne, à des agressions quotidiennes, à un parcours médical complexe et DIY, à sa famille peu encline à ce qu’elle s’éloigne du chemin suivi par les générations qui  l’ont précédée, à une acceptation tout relative au sein du milieu lesbien local, aux tentatives de manipulation par les lobbys masculinistes, etc. Accessoirement, on constate aussi qu’une des principales difficultés dans la vie de Cassie est de devoir sans répit faire face aux stigmatisations engendrées par son statut de pathétique mortelle au sein d’un gang de bikeuses surnaturelles (vampires, louves-garous, sorcières, geeks,…), mais aussi de devoir se présenter tous les matins à la fac, alors que ses nuits sont peuplées de règlements de comptes, de virées en Harley, de dragons et de petits chats mignons, de répliques cinglantes, de kebabs-frites et de différentes sortes de plaisirs sanguinolents…

Copié/Collé de la quatrième de couverture et du résumé officiel :

« J’ai conscience que, pour beaucoup de gens, je ne peux pas être une vraie lesbienne parce que je suis trans. Et j’avoue que j’ai du mal à imaginer qui pourrait tomber amoureuse d’une fille comme moi.

— Je vais te donner le même conseil qu’aux jeunes vampires qui viennent de subir leur transformation et qui ont une sale tendance à se lamenter sur le fait qu’ils sont des monstres et qu’on les regarde bizarrement : oui, c’est difficile au début, oui, les gens sont des connards, mais, non, je ne suis pas la bonne personne auprès de qui venir chercher du réconfort ou à qui déclamer des poèmes qui illustrent la douleur de ton âme tourmentée. Rassure-moi, tu n’écris pas de poèmes ? »

Afin d’avancer dans son parcours transsexuel, Cassandra décide de se procurer des hormones de manière illégale, sans se douter que l’association lesbienne à laquelle elle s’adresse sert en fait de couverture à un gang de motardes surnaturelles. A travers un univers fantastique mêlant vampires, loups-garous et sorcellerie, le roman de Lizzie Crowdagger nous raconte l’histoire d’une émancipation. ‘Vous avez toujours trouvé que les biographies trans manquaient de guns et de motos ? Vous n’avez jamais compris cette obsession pour la poésie chez les auteures lesbiennes ? Alors vous aimerez Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires), située entre ‘Buffy’, ‘True Blood’ et ‘Sons Of Anarchy’, mais avec plus de gouines’.

Accessoirement, si vous n’avez pas d’argent pour acheter le livre, ce n’est pas la peine de le voler en magasin ou de chercher une version numérique pirate sur un site bourré de publicités, il est possible de le lire en ligne sur le site de l’éditeur.

Pour le commander, c’est ici que ça se passe.

Publicités
Cet article a été publié dans Brochures/Zines/Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.